Ne riez pas, la situation est abominable.

J'ai un problème de pieds, lié à un problème de Manche.

J'entends feuler les souliers (ceux qu’Époux tient absolument à m'offrir, par amour, en sacrifice sur l'autel de mon bonheur, comme un plein élan de tout son être romantique), ils pleurent, au loin, perdus au creux de l'Angleterre, déprimant dans la lande triste qui s'étend à perte de vue, à perte d'espoirs, balayés sous le vent glacial, cinglant, écrasés par un ciel lourd de mauvais présages, torturés par le son funeste du glas qui assourdit leur plainte lugubre (chaud, hein? Ça craint un max, trouvez pas?) parce qu'ils ne peuvent pas venir jusqu'à moi.

Ici, dans le sud de la France, mes pieds sont loin d'avoir la Gaule.

"La manufacture n'est pas en mesure d'honorer votre commande", crache le courrier électronique (un peu comme si j'étais humainement responsable de l'existence du Mal dans l'univers -à peu près- et qu'il faille se venger sur moi)  à chaque fois que je tente un essai diversion-subversion (douze mails / 2 jours).

"Merci de m'expédier urgemment une paire de Shannon black polished -stop- car sommet Européen imminent-stop- et plus rien à me mettre, signé Maria Brunie - ne pas passer par l’Élysée pour cette fois, envoi direct au bureau, j'y suis beaucoup cette semaine-".

"Cordiales Vêpres, chers confrères anglo-saxons. Par sympathie envers votre entreprise ouvertement cléricale, et fière de son credo, je vous prierais de m'envoyer, genre vite, une paire de Church, qui restent plus fidèles à mes pieds que la France aux messes. Quand tout fout le camp des deux cotés de la Manche, il est rassurant de penser que nos bonnes vieilles paires continuent de s'agiter sous le manteau.                                         Signé Christine Lou Boutin."

J'aime bien l'idée de la manufacture-qui-ne-peut-pas-honorer-les-commandes-des-autres.

J'aime moins pas l'idée de la manufacture-qui-ne-peut-pas-honorer-les-commandes-de-moi.

J'aime pas l'idée qu'il n'y ait plus de billet d'avion pour Londres à un tarif normal. Ni d'Eurostar. Ni de ferry. Ni de hors-bord. Conspiration, je dis. J'abhorre l'idée que les J.O 2012 vont légèrement compliquer mes tentatives de rallier la perfide Albion dans les dix prochains mois. Ça sent pas le muguet cette histoire.

Là je suis dans un Petit Désespoir, il y a plus grave, évidement!  Ben oui! Bien sûr qu'il y a plus grave!!  Il pourrait y avoir la possibilité que je ne puisse pas obtenir mes souliers d'ici environ la fin de l'hiver, voire d'ici la fin de la période "disposition à céder" d’Époux;  il pourrait y avoir plein d'autres choses hyper plus graves genre l'entreprise met la clef (the key) sous la porte (under the door, ça c'est pour le dommage collatéral). Genre on me coupe les pieds à cause de la gangrène. Genre on me coupe les pieds en représailles d'envoi de courriers menaçants.

Allez, parlons d'autre chose.